Lorsqu’une femme est enceinte, le médecin prescrit systématiquement une sérologie toxoplasmose. Si le résultat est positif, la patiente est déjà infestée, et le fœtus ne court aucun risque. Si la sérologie est négative au contraire, la patiente n’a pas encore la toxoplasmose, et si elle la contracte au cours de sa grossesse, cela peut être dangereux pour le fœtus. On conseille alors parfois à la future maman d’éviter tout contact avec les chats. Est-ce réellement justifié ? Quels sont les risques ?

Le cycle de la toxoplamose

Toxoplasma gondii, l’agent de la toxoplasmose, est un protozoaire, c’est-à-dire un petit parasite constitué d’une seule cellule. Le cycle de vie principal du toxoplasme se déroule entre l’environnement, les rongeurs et oiseaux, et les chats.

Les oocystes, sortes d’œufs, contiennent une forme du toxoplasme. Ces oocystes sont très résistants, et peuvent survivre dans l’environnement – dans l’eau, sur les végétaux, dans la terre – pendant plus d’un an en climat humide. Ces oocystes sont ingérés par des rongeurs et de petits oiseaux lorsqu’ils se nourrissent ou s’abreuvent. Les toxoplasmes sont alors libérés dans l’estomac de ces petis animaux, et migrent vers les différents tissus du corps : ils se localisent entre autres dans les muscles, ou encore dans le cerveau sous forme de kystes. Un chat qui attrape l’un de ces petits mammifères et l’ingère, peut à son tour se contaminer. Il peut aussi se contaminer en absorbant des oocystes présents dans l’environnement. Les toxoplasmes libérés dans son système digestif vont alors se disséminer, comme ils l’avaient fait dans sa proie, mais aussi se reproduire et former des oocystes, qui seront éliminés pendant une ou deux semaines dans les selles. Il faudra alors deux à cinq jours à ces oocystes pour être capables d’infester un nouvel hôte.

Chez un chat en bonne santé, en général, l’infestation par les toxoplasmes est asymptomatique, même si parfois une légère fièvre peut être observée. Chez un chat immunodéprimé, en revanche, la toxoplasmose peut être grave : pneumonie, hépatite, myocardite, troubles neurologiques, entérite avec diarrhée, et troubles oculaires. Suite à cette infestation, le chat fabrique des anticorps qui vont le protéger et empêcher une nouvelle infestation (jusqu’à la fin de a vie, sauf s’il y a une rupture d’immunité).

Les chats ne sont cependant pas les seuls animaux qui peuvent être infestés par la toxoplasmose. Les hervivores – chevaux, bovins, ovins, caprins – et les omnivores – porcins et chiens mais aussi humains – peuvent se contaminer en ingérant des oocystes présents dans l’environnement. Des kystes peuvent alors se former dans leur organisme. De plus, les carnivores, et notamment l’être humain, peuvent se contaminer en ingérant les kystes contenus dans les muscles d’autres animaux, comme les vaches, les moutons ou les chèvres, mais aussi le gibier sauvage (chevreuils, sangliers, oiseaux).

Si la toxoplasmose est contractée au cours de la grossesse, l’infestation peut être transmise au fœtus, et engendrer des troubles neurologiques et oculaires, d’autant plus graves que la contamination a eu lieu tôt au cours de la grossesse.

Cycle de la toxoplasmose

Les sources de contamination pour la femme enceinte

La contamination de l’être humain peut se faire par l’ingestion d’oocystes : fruits et légumes mal lavés, eau contaminée, mains mal lavées suite au contact avec le sol ou avec des animaux ayant des oocystes sur leur pelage.

Le second moyen de contamination est la consommation de kystes contenant des toxoplasmes, par consommation de viandes fumées, saumurées ou insuffisamment cuites.

Enfin, chez la femme enceinte, les toxoplasmes sont transmis au fœtus par voie transplacentaire.

Quel risque de transmission représente le chat ?

Votre chat n’est pas un danger!

En pratique, un chat d’intérieur ne chassant pas et consommant des croquettes n’a aucune possibilité d’être infesté et ne constitue donc aucun danger.

Un chat d’extérieur contaminé par une proie excrète des ookystes en cas d’infestation pendant seulement une ou deux semaines au cours de sa vie. De plus, ceux-ci ne pourront être contaminants qu’après deux à cinq jours passés à maturer dans l’environnement. Le risque est donc très faible et de très courte durée ! Il est totalement éliminé par un lavage des mains correct après contact avec l’animal.

Il est d’ailleurs très courant que les femmes vétérinaires ou assistantes vétérinaires aient une sérologie toxoplasmose négative, malgré leur contact récurrent avec des chats de tous horizons !

Ainsi, si vous êtes enceinte et que votre sérologie toxoplasmose est négative, ne répudiez pas votre chat : lavez très soigneusement vos fruits et légumes, vos mains après le jardinage ou les câlins aux animaux, et ne mangez que de la viande très bien cuite !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *